· 

Managers français en Suisse allemande : 3 points essentiels pour accélérer votre intégration

Managers français en Suisse allemande : 3 points essentiels pour accélérer votre intégration

 

Pour les managers français en Suisse allemande, maîtriser les relations interculturelles est essentiel à une bonne intégration. Même si elle semble peu apparente au premier abord, la culture suisse alémanique est pourtant bien présente dans les entreprises internationales et se différencie à bien des égards de la culture française.

Aussi, afin de vous éviter certains écueils frustrants et indésirables, voici 3 points essentiels pour accélérer votre intégration en tant que manager français en Suisse allemande.

 

1er point : prioriser l’efficacité et suivre le processus

En Suisse alémanique, la gestion optimale du temps est primordiale. Prioriser l’efficacité et suivre le processus sont des principes profondément ancrés dans l’organisation du travail. Ceci dans des proportions souvent désarmantes pour les cadres français, habitués à « discuter intensément du fond », quitte à chambouler le planning par intérêt et plaisir du débat. Or, pour nos amis suisses allemands, l'attention se porte ailleurs.

Au cours d’une réunion, les rapports seront plutôt formels et distants pour en arriver rapidement au fait. Rester concentré sur le process, l'ordre du jour et le planning sont la priorité. Débattre sur une question pendant des heures est considéré comme contre-productif. Chacun sait donc implicitement qu'il doit mesurer ses prises de parole au sein du groupe et se poser les questions suivantes : « Le point que je souhaite aborder est-il pertinent ? Apporte-t-il une valeur ajoutée significative au problème posé ? ».

Pour être efficace, une réunion devra être également bien préparée en amont. Informer au préalable des thèmes à discuter et valider les points potentiellement litigieux avec les personnes concernées feront partie des usages professionnels que l’on attendra de vous.

 

2ème point : respecter le consensus et les rôles de chacun

Dans la société civile, l’importance de la responsabilité individuelle prédomine. Tout est pensé et validé de façon consensuelle, bien entendu ! En Suisse, la règle est d'impliquer tous les acteurs concernés par une décision et de respecter le consensus et les rôles de chacun. Ceci prend donc du temps. C’est d’ailleurs de là que vient cette perception de « lenteur » des suisses. Parce qu'ils respectent un processus démocratique et collégial, ils prennent le temps de consulter chaque partie prenante.

Aussi, ne vous y trompez pas ! Lorsqu’une décision a été prise et le rôle de chacun établi, leur efficacité est redoutable et leur conscience professionnelle exemplaire. Chacun s’emploie à remplir ses fonctions de façon sérieuse et consciencieuse, allant parfois même jusqu’à une question d’honneur.

En Suisse alémanique, la culture de l’apprentissage est particulièrement valorisée avec un réel crédit accordé aux compétences acquises au cours des années de carrière dans l’entreprise ainsi qu’à la promotion interne. En tant que manager français, ce sont des éléments particulièrement nouveaux à considérer, qui demandent d’agir avec patience et surtout concertation si vous souhaitez faire bouger des lignes et asseoir véritablement votre leadership. Pointer la responsabilité d’un collaborateur dans une défaillance devra également se faire avec tact et, surtout, en privé.

 

3ème point : adopter une nouvelle façon de communiquer

En Suisse allemande, on observe dans les rapports professionnels un fort respect de la hiérarchie émanant du système social, familial et éducatif. Contredire son manager ouvertement, ou partager un sujet sensible, serait donc en quelque sorte lui manquer de respect. Restez donc conscient que « Qui ne dit mot... ne consent pas forcément ! ». Il vous faudra dans certains cas adopter une nouvelle façon de communiquer avec vos équipes et aller chercher le feedback si vous voulez connaître leur opinion réelle.

A contrario, s’il s’agit de votre hiérarchie ou de vos pairs, vous pourrez être surpris de positions parfois confrontantes ou directives. Jamais rien de personnel toutefois, l’attention restant portée sur le contenu du travail lui-même. Les suisses sont assez sensibles à leur réputation et attachés à la discrétion. Ils préfèrent généralement éviter les sujets qui fâchent et resteront courtois tant que vous respectez leurs règles.

Comprendre l’historique de l’organisation et les fondamentaux culturels de votre entreprise vous permettra de décrypter les règles implicites imprégnées dans les comportements professionnels.

 

Réussir son intégration en Suisse allemande est finalement comme partout ailleurs : une formidable opportunité de croissance personnelle qui permet de prendre conscience de son propre prisme culturel. Si vous savez vous y adapter et apprenez à vous y insérer en douceur, la culture du travail en Suisse alémanique vous permettra de vous développer considérablement dans tous les domaines dans lesquels elle excelle !

Enfin, sachez aussi rester vous-même ! Car une fois votre intégration réussie, il sera bien temps d’apporter votre « touche française » et de continuer à faire de la diversité culturelle un véritable levier de performances individuelles et collectives.

 

Céline Chatti, Executive Coach, Zurich

Expatriée française passée par la case de la « nécessaire adaptation » en Suisse alémanique, j’accompagne des managers français et internationaux dans leur évolution de carrière, leur prise de poste et l'adaptation de leur leadership au contexte local.

Écrire commentaire

Commentaires: 0