From Good to Great !

 

Si vous êtes un "high achiever", vous êtes sans aucun doute déjà talentueux et performant dans votre job. Vous savez exactement ce que vous voulez et comment y arriver. Vous avez la détermination et la force pour relever les nombreux challenges qui se présentent sur votre route et vous adorez éprouver votre capacité à les surmonter. Toutefois vous avez aussi une équipe à gérer, une équipe avec des hommes et des femmes....différents de vous.

Ce dont nous parlons ici se joue donc sur un autre terrain que celui de vos capacités connues et reconnues. Il s’agit de vos compétences relationnelles, celles qui font, que vous êtes, celui ou celle, que vos équipes suivront avec envie et confiance.  Etre bon « tout seul » est une voie certes, que vous pouvez emprunter un temps mais qui vous plafonnera tôt ou tard. Surtout, vous passerez à côté d’une immense satisfaction : celle de faire grandir d’autres que vous en devenant un leader agile et authentique, à même d’avoir un impact positif beaucoup plus large que sur celui de sa seule destinée.

 

 

Avoir l'envie de développer l'empathie


L’empathie n’est pas palpable ni mesurable, toutefois elle se travaille. Tout comme vous avez appris à devenir excellent dans votre expertise. Encore faut-il que vous en ayez envie. Pour les « achievers » il est souvent difficile de savoir se mettre à la place des autres car pour vous, les choses sont relativement claires et les moyens pour y arriver tout autant. Le cap sur l’objectif, concentré, exigent, vous pouvez avoir du mal à comprendre et à accepter que les autres « fléchissent » ou ne marchent pas forcément à votre vitesse.

 


Développer « l’empowerment » des autres

 

Oui, vous êtes un expert et vous vous l’êtes prouvés bon nombre de fois. La question n’est pas là. Le challenge est dans votre capacité à permettre à votre équipe de l’être aussi et ceci, chacun dans son domaine respectif. Savoir accepter les erreurs sans blâmer, endosser collectivement les responsabilités d’une bévue, remettre le cap sur les enjeux et les objectifs sont autant de moyens de construire confiance et engagement de vos équipes.

 

 

Ecouter avec vos tripes et avec votre coeur !


La communication est un art qui ne se joue pas mais s’incarne pleinement. Il faut avoir sincèrement envie de communiquer avec les autres.  Savoir écouter c’est tout d’abord savoir poser des questions ouvertes et écouter les réponses en silence. Ecouter pas seulement avec une tête qui analyse et cherche les explications rationnelles au problème mais aussi avec son coeur. « Qu’est ce que ce collaborateur essaie de me dire ? Comment doit-il/elle se sentir ? ».

 

 

Cadrer et confronter, oui ! mais au bon moment


Entendons-nous bien. Il est important de poser le cadre et de continuer à fixer le cap. Empathie ne signifie pas « faire dans le sentimentalisme » ! Il s’agit tout d’abord de savoir écouter pour entendre le retentissement émotionnel » d’une personne face à une situation. Ce n’est qu’une fois entendu et dépassé qu'une seconde phase peut s’engager :  celle de la confrontation bienveillante. « Comment aurais-tu pu faire autrement ? De quoi as-tu manqué ? Que feras-tu si cela se reproduit ? Voici ce que j’attends de toi/ comment je vois les choses etc…. »

 

 

Un plaisir inestimable au bout de ce long chemin


J’entends beaucoup de managers avouer à demi-mots que la dimension humaine est la plus difficile pour eux et celle dont finalement, ils se passeraient bien. Il est vrai que ce chemin est particulièrement long et ardu. Pourtant la capacité à faire grandir les autres et à inspirer confiance apportent une reconnaissance inestimable et une profonde appréciation de soi. J’ai constaté à plusieurs reprises que les « achievers » qui atteignent ce niveau d’excellence dans les interactions ressentent un plaisir ultime: celui d’avoir un réel impact sur ceux qui les entourent.

 

 

Oser casser les codes relationnelles avec votre hiérarchie


Enfin pour finir, un dernier argument de poids. Si l’on se recentre sur vous et vos intérêts directs pour votre carrière, apprendre à écouter peut aussi se révéler très utile pour interargir avec votre hiérarchie. Savoir questionner entre les lignes, se mettre à la place de son boss, rechercher les synergies et impulser l’esprit « brotherhood », c’est proposer un autre type d’échange que celui uniquement de la compétition, du défi et de la méfiance. Savoir « baisser la garde », parler ouvertement et proposer des alternatives relationnelles sera infiniment plus riche en terme de perspectives.

 

Car les réels combats à mener, tout comme les grimpeurs affrontent la montagne et le climat, ne sont-ils pas ceux qui se jouent à l’extérieur, dans les nombreux défis posés par la concurrence et la frénétique économie de marché tout autant que le combat que l'on mène avec soi-même pour se dépasser ?

 

Céline Chatti 

Écrire commentaire

Commentaires: 0